Logement insalubre en France

Logement insalubre en France

L’insalubrité en France en 2016

Quand on parle d’insalubrité, c’est un domaine qui touche plusieurs aspects allant de l’absence de sanitaire jusqu’au problème d’eau chaude en passant par des installations non conformes. Si l’on jette un coup d’œil sur les logements insalubres en France, on arrive à près de 500 000 logements qui présentent les critères de l’insalubrité. Chronopropre vous en dit plus !

Un logement est dit insalubre quand il manifeste un réel danger envers ses occupants et son entourage. Pour cela, on considère principalement deux facteurs d’insalubrité notamment sa dégradation liée à un chauffage inadéquat (risque d’incendie ou une humidité) et ses conditions d’occupation mettant en avant une surpopulation ou un usage non conforme.

Ce n’est qu’après une visite des lieux que l’on peut conclure que l’insalubrité est bien réelle. Une analyse s’effectue alors au cas par cas suivant les 29 critères d’évaluation.

 

Les critères d’un logement insalubre

– Son état général : sols périssables, présence d’humidité ou encore murs fissurés,
– La surface de l’habitat : quand la superficie est inférieure de 9m2, on peut le qualifier d’insalubre,
– L’absence ou la défaillance du système de chauffage.
– Les équipements sanitaires : un logement est considéré comme insalubre s’il n’est pas équipé pour accueillir et pour évacuer l’eau potable et l’eau chaude ou s’il n’a pas de douche et de toilettes
– Installation électrique défectueuse.
– Absence d’éclairage naturel ou non ouvert sur l’extérieur.
– L’utilisation des matériaux de construction dangereux comme le plomb.

Tels sont les quelques caractéristiques pour évaluer les logements insalubres.
Par ailleurs, il faut savoir que les propriétaires indélicats de ces logements, également appelés marchands de sommeil, s’exposent à de graves sanctions pénales et financières.

Pour aller plus loin : le bilan de l’insalubrité en France. (à venir)

 

Laissez un commentaire